• Accueil

    • Je ne pourrai plus passer chez tout en chacun dorénavant
      Cela malheureusement pour longtemps 
      Mais je vous garde toutes et tous dans mon cœur
      Et vous souhaite à tous le bonheur
      Claude

       

  • ROSE DE NOVEMBRE

                                                                        ROSE DE NOVEMBRE

     

               Rose de novembre,
               Les volants de ta robe en méandres,
               Flottent au vent des courants d’amour,
               Chacune de tes couleurs un satin de velours,
               Douces lumières  sur le monde,
               Chantent aux cœurs que tu inondes,
               De ton parfum éthéré sur la mer des tropiques,
               Tes fragrances dorées un vrai soporifique.
               Vibre la cantharide de ton azur phosphorescent,
               La où le soleil vient se noyer dans ton sang.
               Tes jours sacrés moissonnent les aurores,
               De toutes tes couleurs immenses et sonores.
               Ta liberté devient lumière ivre de ton firmament,
               Ton esprit devient sidéral par son rayonnement.
               Rose de novembre tu es une gerbe dans les cieux,
               Ton âme est grande, elle brode mes yeux.
     


    12 commentaires
  • PAUSE POUR UNE ROSE


    On ne maitrise pas la vie,
    Encore moins celle d'une rose.
    Le temps de sa vie l'a meurtrie,
    Pour la soigner il me faut faire la pause.
    A plus tard chers amies(s)
    En attendant je vous offre une rose


    15 commentaires
  • LA COLLINE DU GOLGOTHA



    LA COLLINE DU GOLGOTHA

     
    Non ce n’est pas la colline du Golgotha,
      Les heures inoubliées y guident mes pas.
      Plus prés du ciel le cœur quitte la terre,
      Il bat avec la force de sa lumière.
     
    Dans le ciel où s’endorment chaque soir mes pensées
      L’océan du temps joue le silence étoilé,
      Cloué d’innombrables voiles,
      Scintillant des croix d’étoiles,
      Un ciel serein une douce vision,
      L’infini en cache son horizon.
      Plus de malheurs, plus de larmes,
      Sur du velours voyagent les âmes.
      La sérénité de la source intime,
      Triomphe l’amour qui la rend sublime.
      C’est le voyage de lumière,
      Celui qui se vit au-delà de la terre


    9 commentaires
  • je meurs un peu plus

         
      JE MEURS UN PEU PLUS …..

         
    Je meurs un peu plus chaque jour,
          Je revis au matin par amour.
         
    L’étoile du berger, celle de l’aurore,
          Ranime la lumière qui brille encore.
          Les pétales de rose volent au vent,
          La rosée de la nuit oracle d’un vivant.
          Un chant désespéré d’une âme qui se noie,
          Ses sanglots restent sans voix.
          Le désespoir du silence est cruel,
          Quand il partage la vie désespérance du réel.
          Voir flotter les pétales de roses
          Telles des tâches en bien étranges choses,
          Elles dépassent l’homme dans le temps de ses heures,
          Lui frappent le cœur dans ses voix intérieures.
          Plus grand que la vie il y a l’amour,
          Le ciel éponge ses larmes du jour,
          Le temps s’enlace de fleurs au cœur pieds nus,
          De l’autre côté du bonheur la lumière perdue,
          Dans l’âtre des yeux diffuse la tendresse,
          Tandis que le cœur de la rose parfume ses caresses.


    17 commentaires
  • ROSE D'OCTOBRE

                                                                        ROSE D’OCTOBRE

                                                                             
    Rose d’octobre,
                                                                       Tes pétales en désordre,
                                                                        Sous le vent des étoiles,
                                                                     Sur mon cœur pose le voile,
                                                                        Des couleurs de ma vie,
                                                                       Dans l’ombre qui me suit.
                                                                            Il pleut sur ma nuit,
                                                                         Depuis que tu es partie,
                                                                       Ecoute le cœur qui pleure,
                                                                        Il faudra bien qu’il meure.
                                                                       Trop fatigué de ses prières,
                                                                    Un jour aussi il quittera la terre.
                                                                             C’est la fin de l’été
                                                                     Mon cœur continue de rêver.
                                                                  Dans le jardin de ses souvenirs,
                                                                  Qui le porte un peu plus à vieillir

              Il pense sans souhaiter le pire
              Mourir sur les lèvres de ton sourire.
              Rose d’octobre
              Sur tes pétales sobres,
              Mon cœur s’est aliéné,
              Ton univers étoilé.


    16 commentaires