• ROSE D'OCTOBRE

                                                                        ROSE D’OCTOBRE

                                                                             
    Rose d’octobre,
                                                                       Tes pétales en désordre,
                                                                        Sous le vent des étoiles,
                                                                     Sur mon cœur pose le voile,
                                                                        Des couleurs de ma vie,
                                                                       Dans l’ombre qui me suit.
                                                                            Il pleut sur ma nuit,
                                                                         Depuis que tu es partie,
                                                                       Ecoute le cœur qui pleure,
                                                                        Il faudra bien qu’il meure.
                                                                       Trop fatigué de ses prières,
                                                                    Un jour aussi il quittera la terre.
                                                                             C’est la fin de l’été
                                                                     Mon cœur continue de rêver.
                                                                  Dans le jardin de ses souvenirs,
                                                                  Qui le porte un peu plus à vieillir

              Il pense sans souhaiter le pire
              Mourir sur les lèvres de ton sourire.
              Rose d’octobre
              Sur tes pétales sobres,
              Mon cœur s’est aliéné,
              Ton univers étoilé.


    16 commentaires
  • ROSE DE SEPTEMBRE


               ROSE DE SEPTEMBRE

              
    Rose de septembre
               Au cœur de tes méandres
               Les effluves les plus tendres
               En fragrances de cendres
               Accroche le cœur de cassandre
               Rose de septembre
               Sans cesse tu sais épandre
               Ce parfum d’or pour s’éprendre
               De ton âme couleur d’ambre
               En voguant sur sèlandre
               Jamais pouvoir te prendre
               Rose de septembre
               Ecoute mon cœur attendre
               Le chant de milandre
               Sur ton océan polyandre
               Se laisser surprendre
               Par ton cœur palissandre
     


    15 commentaires
  •                                                                 

                                                                    LES ROSES DE LA VIE

                                                                
    On ne détruit pas les roses de la vie,
                                                            C’est un crime d’amour vivant à l’ infini.    

         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Sans que le ciel se venge, en être puni.
         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Faire pleurer les innocents, nulle envie.
         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Aux actes ridicules de sombres barbaries.
         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Pour un dieu inexistant allégeance apathie.
         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Endoctriné à l’intérieur de son esprit.
         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Pour satisfaire un bonheur factice promis.
         On ne détruit pas les roses de la vie,
         Pour le plaisir de détruire la vie.


    9 commentaires
  •  

                                                                     

    LA ROSE D'AOÛT



                                                                              
    Belle rose d’août,

               Ton parfum le plus doux,
               Berce mon cœur d’amour,
               Des chagrins nuits et jours.
               Que serai-je sans toi,
               Sinon perdre la foi,
               De ne plus voir ma muse,
               Le chagrin mon cœur use.
               Chacune de tes pétales,
               Sur mon âme s’étalent,
               Caressant mon esprit,
               De leurs velours unis.
              
    Je rêve devant ton cœur,
               A des années bonheur,
               J’y vois de beaux yeux noirs
               Ceux qui sont un bel espoir.
               Celui qui portera toujours
               La rose de mon amour.


    16 commentaires
  • EN  SILENCE

     

                                                               LA ROSE DE JUILLET

                                                                     
    La rose de juillet,
                                                             L’orage n’à point décapitée.
                                                                 Les rafales hargneuses,
                                                              Un fort courant de gueuses,
                                                              Même les plus venimeuses,
                                                              N’ont point atteint son cœur,
                                                              Dans ses pétales de pudeur.
                                                                   Elle garde sa candeur,
                                                               Tous ces boutons en cœur,
                                                                 La couvre d’euphémisme,
                                                             Sur des gouttes en mentisme,
                                                                Contre ce temps de frime.
                                                            Elle garde son parfum immortel,
                                                               Par son mantra venu du ciel.
                                                            Chaque pensée boit une larme,
                                                                 Anéantissant le vacarme,
                                                             Ne brouillant point sa dignité,
                                                            Même en étant flagéllée,
                                                       Ouvrant ses pétales de vérités. 
                                                    Silencieuse elle écrit ses malheurs,
                                                         Dans le chant de son cœur. 
                                     Les chants désespérés sont les chants les plus beaux,
                                       Elle en sait d’immortels  qui sont de purs sanglots
                                                              Musset l’a bien aidé,
                                                          A garder son âme en paix.


    22 commentaires