• VIEILLIR SEUL ET PARTIR

    VIEILLIR SEUL ET PARTIR


    VIEILLIR SEUL ET PARTIR

            
    Le cœur des yeux ne voit pas venir ce temps,
             Pourtant tôt où tard beaucoup vivrons ce présent.
             Tout au long de la vie on y pense a la sauvette,
             L’espace d’un instant l’esprit oubli cet être.
             Etrange instant au royaume d’une illusion,
             Seul le vent réaliste y pousse en procession.
               
    Le moment est amer de ne plus voir personne
             Bien des fois on entend des voix dans son cœur y résonnent.
             Et puis vient la question : qu’est ce que j’ai fait ?
             Ton regard puissant très court me fait frissonner,
             Je ne vois plus personne, coulent alors les larmes,
             Dans les yeux de ce cœur trucidé par les flammes.
             Les flammes de la vie qui s’en va, il a tant donné,
             Je regarde incrédule, je réponds  un peu sonné
             Ne te reproche rien, tu as fait de toi un don inné.
             Mais ton amour aussi grand soit il n’a pas la récompense,
             Par ces êtres dont le retour serait pour toi une délivrance.
             Ils reviendront trop tard tu ne les reconnaîtras plus,
             L’ingratitude est la richesse de ceux qui sont a toi des inconnus.
             C’est la fête de la toussaint, la fête de tous les saints,
             Honneur à toi, respect pour toi, ton espoir est vain.
             De là haut regarde, depuis ton grand départ rien n’a changé,
             Leur oubli reste, ton jardin de fleurs attend en secret,
             en fleurira il quelques unes pour toi sur cette terre ?
             Pour toi mon cœur souffre, se serre et pleure dans l’éther,
             Peu importe sous le vent je t’envoi les fleurs de ton amour,
             Celui que tu m’as donné et qui pour toi sera toujours,
             Le plus grand des flots au bal de ton ciel,
             En te serrant dans mes bras je te vole a l’éternel,
             Il est plus fort que moi car tu restes sa plus belle étoile,
             La mienne aussi mais déjà mes yeux son pris dans son voile,
             Je ne suis pas jaloux je sais qu’un jour on se rerouvera dans sa cathédrale.

    « ROSE D'OCTOBREROSE DE NOVEMBRE »

  • Commentaires

    5
    Mardi 26 Novembre à 16:04

    Tellement d'émotions dans ton poème, je n'ai pas vu filer le mois de Novembre, il est passé trop vite comme un cheval au galop mais les sentiments demeurent, les ressentis, l'Amour...

    Le temps nous bouscule dans ses rythmes ambivalents, un jour nous serons tous apaisés, je le pense, j'y crois, en attendant, la vie est rude à certains moments, plus douce à d'autres instants...

    De même que la rose a des pétales et aussi des épines en sa beauté

    Beauté éternelle, magie qui se renouvèle...

    Pensées pour toi cher Claude, avec de gros bisous et pensées d'amitié

    Cendrine

    4
    Jeudi 7 Novembre à 08:45

    bonjour Claude 

    Mon petit passage sous ton beau poème pour déposer mon petit message d'amitié, et te souhaiter une douce fin de semaine elle se termine pour moi je vais me reposer un peu de l'écran je te dis à lundi je dépose de douces pensées gros bisous amitié ton amie 

    Marlène

    3
    Lundi 4 Novembre à 07:36

    Bonjour Claude

    Je relis encore une fois ce beau poème  un passage qui n'est pas facile à écrire et surtout lorsque nous l'avons vécu mais la vie est ainsi faite nous sommes tous de passage mais le plus tard possible malheureusement le destin c'est beaucoup trop tôt pour certains. J'espère que tu n'as pas trop de mauvais temps vers toi, chez moi pas de vent mais toujours de la pluie elle ne s'arrête plus est cela promet pour toute la semaine. douce journée Claude gros bisous

    Marlène

    2
    Vendredi 1er Novembre à 20:10

    bonsoir Claude , oui sur un sujet pas facile tu as su écrire un texte si beau

    et poétique comme toujours !  , eh oui on y pense tous ... 

    merci  prend bien soin de toi    beau weekend  et ++   A+  amicalement 

    gros bisous de nous deux ... 

    1
    Vendredi 1er Novembre à 07:28

    Bonjour Claude

    Bien triste poème mais très bel écrit, la solitude n'est pas toujours facile, les larmes quelques fois glissent lentement mais lorsque enfin elles s'paissent la vie est malgré tout belle laisse le temps faire le destin nous rappellera attends pour qu'enfin nous irons rejoindre nos chers disparus. douces pensées, gros bisous Claude



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :