• LES JOURS ET LES NUITS DE LA VIE

    LES JOURS ET LES NUITS DE LA VIE




            IL Y A DES JOURS, IL Y A DES NUITS

         
     Le temps s’est arrêté dans ma tête,
           Le langage des fleurs à mon cœur chose muette.
           Continue sans fin le brasier des rêves,
           L’esprit s’égare il ne connaît pas de trêve.
           Je m’arrache au temps et à la nuit,
          
    En pensant sans arrêt à l’homme que je suis. 
           L’ombre du ciel cache mes larmes,
           Mon regard plonge dans l’absent sans âme.
           Au cœur des yeux, dans le voile du temps,
           se grave et s’incruste les douleurs du vivant.
          Je quitte la terre sans pudeur,
           Pour donner un peu des vacances à mon cœur.
           Mon malheur continue dans le silence,
           Le bonheur lui brille de son absence.
           Bien des lumières de mon cœur se sont éteintes a jamais
           Les roses de mes amours une a une dans mes bras dénudés,
           Ont laissés mon cœur en sang de battre a chaque fois s’est arrêté.
           Bien des fois j’ai imploré l’éternel, il ne voit pas ma foi.
           La foi ne sauve pas mon âme en désarroi,
           Même en la gardant sur l’étoile en laquelle je crois.
           Demain au petit matin la vie reprend ses droits
           Dans le silence de mon cœur retentira encore le beffroi.
           Le temps s’est arrêté dans ma tête, et me désole,
           Dans le miroir je me regarde son tain ne me console.

          
    Mes amis a tour de rôle me prennent la main,
           Ils connaissent ma détresse les causes  de mes chagrins,
           Tout ce qu’ils ont partagés avec moi un fil d’or dans ma vie
           Leurs mots sur mes maux donnent l’amour de l’oubli.
           Mes larmes ne sont pas sèches, mais je préfère mourir seul.
          J’ai vécu ; j’ai usé mes pas à cacher mon deuil,
           Ma générosité, ma fidélité aux parents,
           Font que le jeune homme beau est devenu vieillard : grand.
           La race vivante de moi est morte à vingt ans,
          Un jour sur l’autoroute, mon cœur est mort vivant.
          Je n’ai plus de fille, plus de femme, plus d’amant,
          Chaque jour, chaque nuit, je dors parmi les miens, les morts comme les vivants.
          Je me suis crée une tour, un masque, dans ma citadelle,
          Afin que des clairons ne puissent s’approcher d’elle.
          Mais je ne suis pas solitaire, le soir de nuit mes yeux, des flèches vers mes étoiles,
         
    Alors dans ce temps mes amours déchirent le voile.
          Pour me montrer où habiter au jardin de mon ciel,
          Afin de continuer d’aimer tous ceux que j’aimerai dans mon repos éternel.
         Je serai vivant à nouveau dans les indifférences,
         Mais heureux de ce bonheur avec les étoiles de ma délivrance.


    « ROSE DE NOVEMBREBONNES FÊTES DE FIN D’ANNÉE »

  • Commentaires

    14
    Vendredi 20 Décembre 2019 à 20:17

    Bonsoir Claude    Merci pour ton commentaire  je t'embrasse et e t'oublie pas

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 21:07

        merci Daronne moi non plus je ne t'oublie point...; bisousssssss
        claude

    13
    Jeudi 19 Décembre 2019 à 19:57

    Très cher Claude, c'est une fée spectrale aux ailes bien cabossées qui t'écrit mais une fée amie qui te dit merci...

    Ton poème est si beau, si intense, si triste en sa pureté d'écriture, réussir à exprimer ce que l'on ressent c'est beau tout simplement... C'est beau et c'est un cadeau...

    Dire ce qu'on ressent, l'exprimer avec les mots comme avec des notes de musique, sur la gamme ardente de la rose...

    Tu sais, je perçois dans mon coeur ce que tu écris, c'est humain, c'est magnifique!

    J'aimerais tant pouvoir t'offrir un sourire, en vrai, mais je l'envoie dans les étoiles de la nuit pour qu'il te dise que ce tout petit geste aux accents précieux est là, pour toi...

    Merci beaucoup de ton soutien, je n'ai pu te le dire plus tôt, j'ai tant erré avec Christophe, on est épuisés, laminés, blessés... Notre quotidien est devenu vraiment horrible pendant des semaines et les choses s'améliorent doucement mais il va falloir du temps pour cicatriser. Merci pour tes mots, ami poète... Je reviendrai lire ton poème et je sais que ce que ta plume a versé sur la page blanche de la vie ne peut que trouver un écho dans bien des coeurs, à différentes étapes de la vie

    Je t'embrasse bien affectueusement, tu le sais...

    C'est vraiment magnifique cher poète... reste avec nous, stp...

    Cendrine

      • verismo-lagardere Profil de verismo-lagardere
        Jeudi 19 Décembre 2019 à 21:20

        ma chère Cendrine ,
        de
        s perles ont coulées de mes yeux en te lisant, on ne résiste pas a une fée comme toi 
        très longtemps. chacun de tes mots résonne par le violon de ton coeur, en ranimant le mien
        de la plus belle des couleurs : le bleu, avec toi c'est divin comme le courage que tu sais transmettre : le tien....tu es l'exemple même  d'un être qui porte l'espoir en lui et pour les autres
        tu es un excellent apôtre pour forcer cette vie qui est la notre...je t'en suis profondément 
        reconnaissant  et je me trouve bien modeste dans le soutien que j'ai pu t'apporter à côté de celui que tu viens me donner...mille merci fée amie... reste fidèle a toi même sœur courage ...te lire a nouveau un merveilleux présage...que cette vie devienne pour toi généreuse...afin que tu puisse avoir dans tes yeux ce bonheur que tu mérites et vivre heureuse... je t'embrasse douce Cendrine, tu es et reste a mes yeux cette fée divine...unique et sublime ...merci
        claude

    12
    Lundi 16 Décembre 2019 à 08:32

    Bonjour Claude 

    Je viens de lire ce que tu as écris sous mon com mais je te comprends et suis triste. malgré que j'ai deux autres enfants une de mes filles me manque et je ne lui   fermerai jamais ma porte je l'aime trop malgré tout mon époux me manque beaucoup et je pense que rien ne se serait passé si l'avait été encore là! je pense que mon gendre y est pour quelques chose mais que veux-tu la viens est ainsi faite certains change j'ai essayé et fait tout ce que je pouvais mais maintenant j'attends un jour elle aura besoin et mes bras seront ouvert pour elle j'espère en tout avant que je quitte se monde. courage Claude un proverbe dit les amis on les choisi la famille on la subi. je t'embrasse avec toute mon affection et mon amitié

    Marlène

      • Vendredi 20 Décembre 2019 à 13:49

        Ma chère Marlène, tu as ce courage que je n'ai plus car tu ouvres encore tes bras attendre, moi je n'attends plus rien de ceux qui me reste de famille, au contraire j'ai mis un terme a les revoir 
          j'ai fermé la porte et bien verrouillée je ne supporte plus l'hypocrisie et le mensonge je ne peux 
          pas sourire devant ceux là même qui ont fait pleurer et j'en passe  a ceux qui les ont choyés et là aussi j'en passe... bref... quand top c'est trop ...on arrête les dégâts.... j'ai tout perdu tu a spu le 
        lire tout perdu ceux que j'aimais dans l'indifférence ....j'ai pardonné mais je n'oublie pas... c'est ainsi et je m'en porte que mieux pardon d'être devenu ainsi mais la douleur forge l'homme et le coeur de son esprit... merci a toi amie je t'embrasse
        claude

    11
    Lundi 9 Décembre 2019 à 09:37

    Oh cher Claude j'arrive sur ton blog ce matin et je vois tant de tristesse dans ton poème il est beau mais ton cœur saigne tu n'est pas seul notre présence par des petits mots d'amitié dois te dire que beaucoup pense à toi Je sais que ce n'est pas facile je suis bien placé pour le savoir ce vide, cette absence que l'être aimé à laisser derrière lui mais malgré tout ce qui se passe et qui me rends dingue je continue à vivre  malgré tout. Elle en vaut la êine Non? bisous Claude Je pense bien à toi bien affectueusement 

    Marlène 

      • Lundi 9 Décembre 2019 à 20:39

        merci chère Marlène mais écrire fait du bien au coeur...oui je souffre, oui je sais que tu connais,
        mais il te reste de la famille , moi je suis seul , j'ai tout perdu ceux qui ont fait saigner mon coeur de bonheur et de douleurs ... la famille qui me reste je ne veux plus les voir je n'ai vu personne quand j'étais dans le besoin les étrangers ont étaient là pour m'aider ils sont devenus une autre famille mais je n'ai pas le droit d'exiger trop d'eux même si ils ne demandent rien......mais ce n'est pas grave tu sais comme moi que l'on s'habitue a la douleur et on s'habitue aussi a cacher ses souffrances devant ceux que l'on croise car on n'accepte pas la pitié en tant que telle alors on se pose un masque le matin ...et on l’enlève dés que a la maison on est libre de sa personne...merci a toi chère Marlène tu es fidéle je t'adore... merci   je t'embrasse affectueusement  a toi de moi
        claude

    10
    Dimanche 8 Décembre 2019 à 15:02

    bonjour mon cher Claude , eh bien à te lire on te sent prêt à quitter ce monde et je te sens si seul maintenant ...  !  mais la vie continue malgré tout  , on ne choisi pas son jour !!! ... !!!  mais prend soin de toi et on pense bien à toi et dans chaque église on prie pour toi et +++   !   , amicalement  on t'embrasse bien fort   A+

      • Dimanche 8 Décembre 2019 à 20:48

        oui Albert le suis seul maintenant mais on est jamais seul quand on a des amis et amies qui savent me prendre la main et par leur présence font que je n'ai pas envie de partir de suite mais écrire ce qui étouffe le coeur de l'âme soulage un peu l'étreinte que la vie fait subir aprés avoir vécu le pire de ce que la vie sait imposer...et quand je dis pire seul ceux qui ont vécu des moments similaires peuvent mieux comprendre... mais çà ne s'explique pas mon cher Albert... çà se vit...il doit exister pire , il y a toujours pire mais cela ne vous enlève pas ce qui vous étreint...et vous condamne a souffrir dans l'intérieur soi même...la souffrance morale est bien plus dure que celle que l'on dit physique...elle tue a petit feu...et vous détruit.. alors il faut ne pas la subir çà c'est une autre histoire...merci Albert de ta fidèle présence... je vous embrasse tous les deux 
        claude

    9
    Dimanche 8 Décembre 2019 à 04:46

    Bonjour mon tendre poète dans un petit matin comme presque tous mes matins et voilà je te lis et que ton poème dit bien ce que tout au fond de moi il se passe ... mais je crois que nous devons être plus nombreux que l'on ne pense à ressentir au fond de nous ce vide de l'absence... Je n'en écrirai pas davantage car les larmes sont déjà prêtes à tomber , je suis à peine sortie d'un "lynchage " du coeur alors mes larmes ne sont point sèches et s'échappent faciles ...

    Bisous porte-toi bien !

      • Dimanche 8 Décembre 2019 à 18:36

        ma chère Juju je sais ce que tu peux éprouver en ce moment il ya des similitudes dans nos vies 
        et dieu sait si on souffre de ce que l'on subit... courage et philosophie a nos âges il faut voir les choses avec plus d'abandon sans fermer les yeux ni les voir couler des perles de chagrin quoi que parfois çà soulage un peu mais il ya toujours en nous cette reserve d'énergie qui nous permet non pas d'être heureux c'est pas vrai mais nous permet de mieux équilibrer nos souffrances..;alors on continu a vivre avec plus d'absence mais avec plus d'envie de laisser couler les jours avec une meilleure lumière... bisous très chère 
        claude

         

         

    8
    Samedi 7 Décembre 2019 à 21:14

    bonsoir Claude,

    Surement le plus beau de tes poèmes, dommage qu'il soit si triste, comme tu pourrais le dire, comme tu l'as souvent dit "mes yeux perlent en te lisant".

    Je n'en dirai pas plus, tu me connais, dés que j'ouvre la bouche ou que j'écris quelque chose, en général c'est pour dire quelque chose qui ne te plait point...

    bises amicales

     

      • Samedi 7 Décembre 2019 à 21:40

        MERCI LAMBINETTE tu vois pour une fois je te sens naturelle et sincère c'est peut être le plus beau comme tu dis mais si dire une part de ce que je ressens est beau alors je te remercie mais tu vois écrire ses émotions reste un excercice facile parce que elles sont vraies...mais ne te vexe pas tu sais que nos relations seront toujours ainsi mais si tu reste aussi  vraie alors j'aurai enfin trouvé la vraie lambinette...tu sais c'est dur d'être seul parmi ce monde fou...mais il reste des gens bien comme toi comme ce soir...ils sont a mes côtés....ils sont devenus ma famille...non pas pour remplacer la vraie mais ils sont encore plus forts et ce n'est pas un titre qui les intéresse ils sont des humains a part entière...ils ne demandent rien, mais ils ont le mérite d'être là quand j'en ai eu besoin et toujours là même si çà va mieux un peu...mais ils ont aussi tenu ma main sans jamais la lâcher ni l'oublier...merci bisous
        claude



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :