• JE SOUFFLE SUR LA TERRE

     

    JE SOUFFLE SUR LA TERRE


    SOUFFLER SUR LA TERRE

     
     
    Je souffle sur la terre, et je pars au lointain
      Que sera le jour, quand sera-t-il demain
      Marcher sur la terre, ou marcher sur la mer
      Sur la corde tendu qui s’élève dans l’air
      Je ne me prend point pour dieu, car dieu est partout
      Mais conscience où raison, l’esprit mène à tout
      Jusqu’à l’aurore éternelle des matins d’or
      Celle pour le plaisir extrême d’un merveilleux décor
      Alors seulement le souffle du vent emporte
      En poussant sur l’arbre déraciné les feuilles mortes
      C’est la  fin d’une nuit que je voyais brune
      Une nuit au voyage blanchâtre de la lune
      J’ai soufflé sur la terre, dans un voyage sans fin
      J’ai revu le jour, celui qui poursuit le destin
      Il suffirait de quelque rien
      Pour que la rose à vivre sans un chagrin

    « DOULEUR DU TEMPSUNE ROSE POUR VOUS DIRE »

  • Commentaires

    3
    Mardi 8 Juillet 2014 à 15:52

    Bonjour Claude , quelle belle poésie en prose avec la rose comme  guide ! . Si tu en as le 

    temps voici l'adresse du blog de ma cousine qui est  poéte : ex-libris.over-blog.com

    Oui la marche est aussi conseillée après un anévrisme donc  je dois doser pour éviter

    une rechute ! . Bonne soirée à toi , amicalement 

    Christiane

    2
    Vendredi 20 Juin 2014 à 07:55

    Un souffle sur la terre pour en percer le mystère, un souffle sur la nuit pour qu'enfin elle s'enfuie, un souffle sur la rose pour qu'elle aussi éclose, un souffle sur l'amour qu'il nous tienne tous les jours

    amicalement

    Claude

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Jeudi 5 Juin 2014 à 18:40

    Bonsoir Claude,

    Merci pour tes jolis mots en prose, déposés sur mon écrit "la rose", ainsi que de ta charmante visite amicale, qui m'a fait plaisir. 

    Je découvre un bien joli poème, au souffle divin...

    Un passeur d'âmes entre ciel et terre...

    Un arbre déraciné n'est jamais mort...tant que la sève de vie, s'épanche en lui...tout comme l'homme qui à travers sa nuit, atteint l'aube...(comme dirait Khalil Gibran) tant qu'il y aura un souffle de vie, la rose en sourires, offrira ses pétales vers le ciel...et son "chagrin", en larmes et écluses du ciel, trouvera ancrage, auprès de l'Eternel, car l'Amour est en tout lieux, en tout paysages, pour celui et celle qui sait le voir...

    Merci Claude, prends bien soin de toi mon ami.

    Une petite rose de LORRAINE. Bisous à ta maman.

    Corinne (Cronin) Belle soirée !

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :