• VOUS QUI PASSEZ........

     
    Vous qui passez sans me voir
    Sans même me dire bonsoir
    Donnez-moi un peu d'espoir...
    J'ai tant de peine
    Vous, dont je guette le regard
    Pour quelle raison ce soir
    Passez-vous sans me voir
    Un mot, je vais le dire : "Je vous aime"
    C'est ridicule, c'est  bohème
    C'est jeune et c'est triste aussi
    Vous qui passez sans me voir
    Me donnerez-vous ce soir
    Un peu d'espoir ?
    Les souvenirs sont là pour m'étouffer
    Des larmes, de fleurs, de baisers
    Oui je revois les beaux matins d'avril
    Nous vivions sous les toits tout en haut de la ville
    Vous qui passez sans me voir
    Sans même me dire bonsoir
    Donnez moi un peu d'espoir ce soir...
    J'ai tant de peine
    Vous dont je guette le regard
    Pour quelle raison ce soir
    Passez-vous sans me voir
    Un mot, je vais le dire : "Je vous aime"
    C'est ridicule, c'est bohème
    C'est jeune et c'est triste aussi
    Vous qui passez sans me voir
    Sans me donner d'espoir
    Adieu...Bonsoir...
    Jean Sablon

     

     


    1 commentaire
  • OH! NATURE


    OH ! NATURE

    Le jour moissonne tes silences
    Une plaque de neige désaltère mes mains : une chance
    Prés de la source qui chante ses louanges
    Je sens passer le souffle des anges
    Les arbres impassibles cherchent leur ombre
    Chaque branche se querelle sous la bise qui gronde
    Le toit : mon ciel dans un si calme bleu
    Éclaire la vallée de la fraîcheur des cieux
    Aucunes herbes ne poussent dans les prés dénudés
    Seules quelques mousses brillent sous l’anxiété
    Aucuns oiseaux sur les branches pour chanter la complainte
    Celle qui ranime les cœurs quand le printemps se pointe
    Pour que les jours de lumière comme celle de mon cœur
    Laisse arriver le temps aux rayons d’or du bonheur
    V L

     


    1 commentaire
  •  

    LE TEMPS


    Si le malheur est en silence
    Le bonheur n'est point heureux de la sentence
    Pleurer, c'est penser
    Le temps reste éveillé
    Chaque pensée boit une larme
    Le goutte à goutte fait vacarme
    Alors on continue de vivre et d'écrire
    Continuer d'écrire permet de vivre
    On n'est pas heureux de ce bonheur
    Car il est le silence qui écrit nos malheurs
    On ne réveille pas le chagrin, car jamais il ne dort
    On reste toujours éveillé les yeux s'ouvrent et se ferment sur le même décor
    Le temps laisse son manteau sans perdre la force de sa vie
    Il est toujours le même, plus que les roses il vit
    Il a plus de souvenirs qui dépassent tous ces ans
    Son horloge sinistre joue sa musique par tous les temps
    V L


    1 commentaire
  •  

    LES CHANTS DE LA VIE


    Alfred de Musset a écrit :
    Les chants désespérés sont les chants les plus beaux
    Et j'en sais d'immortels qui sont de pur sanglots

    Ces sanglots résonnent à mon cœur très haut
    Mais toujours une note ramène un bleu vibrato
    Elle porte le son de son cœur et celui de son âme
    Pour imprégner le mien de la chaleur de ses flammes
    La nature est le temple où résonnent les violons
    Au fond de la vallée mon cœur bat de tous les sons
    Les silences parfumés caressent la douleur du poète
    Dans ce vert paradis le toit : mon ciel tout bleu en fête
    Son jour est chaque jour plus pur à mesure du temps
    Dans ce havre secret où je renais au printemps
    Les fleurs du mal au soleil moins supplice
    La douleur suspend son vol dans l'ombre qui glisse
    Sur la neige percée par les roses de l'oubli
    Ces roses aux cœurs des yeux raniment ma vie
    Après bien des nuits aux tonalités noires
    Je recommence à croire à la vision d'une victoire
    OH! Grand soleil silencieux source de bien des choses
    Tu mets dans les roses de mon cœur les flammes en apothéose
    Dans l'âtre du printemps je revois la lumière
    Et mon âme moirée célèbre la vie sur terre
    V L


    1 commentaire
  •  

    AU JARDIN DES FLEURS


    Au jardin des fleurs
    Je vois l'âme de ton coeur
    Je vois toutes les fleurs bleues
    Aux couleurs de tes yeux
    Ton âme resplendit
     Dans son immense infini
    Son azur phosphorescent
    Illumine le temps
    Une gerbe dans les cieux
    Un diadème pour les dieux
    Les astres pasteurs
    Scintillent de bonheur
    Tu es leur souveraine
    A mes yeux tu es la reine
    Monette mon amie
    Tu le seras toute ma vie
    Je viens de faire un voyage sacré
    Dans ton coeur étoilé
    V L


    1 commentaire