•  

    QUE LA SAGESSE VIENNE

     
      QUE LA SAGESSE VIENNE

       
      Victor Hugo  L’a écrit :

     
      C’est en perdant son corps, qu’on reprend sa figure

      
    Combien de corps perdus, dans les guerres qui perdurent
       Ont la figure en deuil par les armes connues
       Tous ne sont pas sans têtes mais mérite la vue
       Les luttes fanatiques prennent le mal pour cibles
       Les flèches empoisonnées ne sont pas invisibles
       Sur la terre tous les jours, les pleurs des innocents
       Envoyés dans la tombe par des bombes larvées de sang
       Surgira-t-il un jour l’éclair du commandeur
       Pour arrêter la terre de rougir dans la peur
       Cette peur fratricide dans sa barbarie
       Qui envoi des hordes en exil pour la vie
       On tue, on décapite, on frappe à l’aveugle
       Difficile à se taire la douleur au cœur beugle
       Oh ! Peuple des humains apprenez à respecter l’homme
       François vous en appelle, écoutez la voix de Rome
       Que les principes profonds soient conscience à vos âmes
       Pour que le vent qui souffle ranime la flamme
       Cette flamme porteuse de la lumière de la paix
       Cette paix qui régnera enfin sur la terre ainsi éclairée


    14 commentaires
  • SAMARKAND

         
    SAMARKAND

     
     Je rêve à Samarkand, brodée de bleu et d’or
     J’adore le soleil qui flambe son décor
     Il met dans l’air d’orient, ses palais en apothéose
     Fait briller ses fils de soies à la source des choses
     Cette ville de lumière aux mosaïques de gloire
     Du haut de ses minarets chante les bleus de sa victoire
     Tous les rayons, et tous les zéphyrs
     Animent tous les dômes aux reflets en délires
     Les feux vivants, les feux éteints : dansent tout l’orient
     Samarkand : dans les yeux, dans le cœur : son charme  triomphant
     Fait s’éveiller l’aurore qui couronne son temps
     Son génie éclaté donne la grandeur à son destin
     Le toit de son ciel illumine son jardin
     Ses jardins à facettes sous le soleil si beaux
     Illuminent le ciel où brille ses flambeaux


    16 commentaires
  • A TOI MONETTE/ VIOLETTE


    MONETTE ET LA MER


     
    Assise sur le banc
     Dans l’océan du temps
     Elle contemple la mer
     Dans ses vagues de l’éther
     Les reflets de ses yeux
     Colore l’océan bleu
     la houle de ses rêves
     Trouve la sève
     Du braisier de son âme
     A son cœur en flammes
     Un grand vent d’amour
     Sur la plage de ses jours
     Souffle sur la terre
     De ses pensées en lumière
     L’horizon de sa vie
     Scintille à l’infini
     Du ciel de ses pensées
     Grêle d’or étoilé
     Au filigrane bleu de son âme
     Son cœur s’enflamme
     Des flammes d’amour
     A son cœur de velours
     Assise sur le banc
     Dans l’océan du temps
     Monette mon amie
     La vierge Marie
     Protège ta vie


    13 commentaires
  •  

    POURQUOI ME REVEILLER


    POURQUOI ME RÉVEILLER


                                 
    Pourquoi me réveiller
                                      Dans cette nuit d’été
                           
    Non ce n’est pas un supplice
                           A minuit, il faut que je vieillisse
                Je suis seul sur le sentier en bordure de cette mer
                    L’endroit est isolé, les embruns triomphants
                     Dans la tourmente de cet ombre du temps
                              Je marche droit vers l’abîme
                 Les yeux fermés vers ce grand but sublime
                     Je mesure le temps des siècles passés
             Ceux des siècles vivants à mon âme troublée
      Le silence ne fait pas attention à la douleur de l’homme
          Dans ce calme apparent, il vient de loin en somme
                 La force de l’univers, à l’esprit, à l’âme
             Souffle comme le vent qui attise les flammes
            Les flammes ainsi vaincues par l’éther infini
        Brillent dans cet éternité par la lumière de la nuit
                                  Rêve où réalité ?
                              La réalité fait rêver


    6 commentaires
  • NAISSANCE DE LA ROSE

      
    NAISSANCE DE LA ROSE

      
      
    Une rose est née ce matin à l’aurore,
        Son aînée déjà en fleur, la protège encore
        Elle apparait telle une étoile dans le matin
        Aux yeux qui s’émerveillent de son destin
        Elle est vêtue comme une princesse
        Beauté divine mes yeux la caresse sans cesse
        Elle est pâle, mais pourtant rose
        De toutes ses pétales mi-closes
        Le ciel éclaire son cœur
        Le soleil la réchauffe : une douce chaleur
        forçant les yeux à l’admirer
        Comme la plus douce des fées
        Elle rayonne au clair matin de sa vie
        Comme l’étoile qui la protège à l'infini
        Une rose est née ce matin à l’aurore
        Son aînée déjà en fleur la protège encore


    14 commentaires