• LE MIROIR


         LE MIROIR

         Le miroir ne réfléchit pas, il renvoi l’image
         Celle que nul vivant ne veut voir à l’œil nu
         L’air invisible de son temps inconnu
         Qui glisse dans le regard au détour de son âge
         Il n’est jamais fécond de lire l’air de l’automne
         Sur les rides sans fard au relief monotone
         L’air est tiède dans le tain de la terre qui sèche
         Il y a moins de fleurs, mais une tige un peu rêche
         Sur laquelle l’été a laissé quelques douceurs
         En mettant un ciel juste dans l’aurore sans splendeur
         Qu’importe si l’aspect de la nuée qui oppresse
         Laisse filtrer l’air des rides, plein de tendresse
         Le miroir reste l’ami avec son tain naturel
         Au ton de l’auguste et son cœur éternel
         Le miroir ne réfléchit pas dans son fond de glace pieuse
         Il renvoi l’image d’une vérité délicieuse


    17 commentaires
  •  
    IL NEIGE

     
    Rien n’arrête la course des flocons dans le ciel
     La brume n’est pas étanche de son aspect irréel
     Ainsi, les tourbillons des pétales, arrachés
     Aux nuages silencieux, viennent nous caresser
     Avant de recouvrir : la terre, les monts, les bois

                    Puis de temps à autre, venir fondre dans les doigts
                     La terre est en sommeil sous une couette blanche
                     Parfois de la montagne, descend une avalanche
                    Les arbres sont habillés d’une douce soie et de lin
                          Qui scintille sous les rayons du matin
                       Les fils ont des colliers torsadés en or blanc

        Innocente blancheur qui les rend tout tremblants
       La nature immobile s’est arrêtée de vivre
       Royale magnificence que le ciel lui délivre
        Drapée d’un habit blanc éblouissant les yeux
        Dont les rayons éclatent en inondant les cieux
      Il neige
     


    32 commentaires
  • J'ECOUTE CHANTER LE CŒUR DES ROSES


    J’ECOUTE CHANTER LE CŒUR DES ROSES

     
    J’écoute chanter le cœur des roses
       Une musique sacré, une musique avant toute chose
       Elle est chaque fois : jamais la même, et toujours une autre
       Son luth en est divin, et même les apôtres,
       Se laisse charmer de son parfum satanique
       Qui monte de l’aurore dans ses couleurs bibliques
       A en suspendre le temps aux rêves encycliques
       Par un parfum qui répare l’irréparable
       Bien que je l’eusse aimé, ses averses palpables
       Font faire des rêves étranges, où le chant des étoiles
       Tombe sur la clarté du ciel qui se voile
       Dans une parure de pourpre et d’or
       Sans le moindre bémol continue de chanter encor
       La plus belle chanson du cœur
       Vêtue de la mélodie du bonheur
       Le ciel s’illumine d’un voile de soie parfumée
       Toutes les étoiles scintillent de leur éternité
    J'écoute chanter le cœur des roses
    Jour et nuit, dans mon cœur il joue sa prose

    Je mettrais en ligne de temps en temps une poésie
    chez tous, et par étapes, je passerai à tour de rôle au fur et à mesure de mes possibilités
    Claude




     


    36 commentaires
  • ECOUTER LE COEUR DES ANGES......

       

     ECOUTER LE CŒUR DES ANGES

       
    J’ai écouté le cœur des anges
        OH ! Bonheur, au jardin des louanges
        Le mien dans son âme troublée
        A répété l’écho vivant de la voie lactée
        Comme dans un  rêve et sa douce contrainte
        Mon âme s’est laissée porter par cette douce étreinte
        Maintenant que j’ai pu capter le bonheur de ses ondes
        J’ai ressenti en moi des vérités profondes
        La volonté est miracle de se sentir tout petit dans cette immensité
        J’ai trouvé la raison du combat dans l’adversité
        Tous les morceaux dans ce cœur un peu brisé
        M’ont portés à croire, me voilà apaisé
        J’étais seul, j’avais conscience de ce que je devais faire
        Je savais ce que j’étais, mon cœur n’a pu se taire
        Ce cœur a saigné, dieu l’a voulu ainsi
        Je crois à genoux que je possède l’infini
        Car je ne voyais qu’un seul côté des choses
        J’ai subit toutes les situations sans en connaître les causes
        On possède tout, en un instant le ciel nous les retire
        Tous les biens que la vie ici bas nous fait vivre
        Mais je ne me plains plus, je sens dans le vent les parfums de la vie
        Le chant des oiseaux, tombe sur ma rose d’ici
        Les douleurs du poète quittent l’horizon de la terre
        Ses pleurs sont des perles qui illuminent ses paupières
        Ses yeux s’ouvrent dans cette nuit céleste
        Je vois l’ange qui m’écoute, et sur mon cœur il reste
        J’ai écouté : le cœur des anges

    Je prend quelques temps pour me soigner
    Après interventions chirurgicales
    Pause nécessaire
    A bientôt
    Claude


    48 commentaires
  • CHATEAUX EN ESPAGNE

     
     
    CHÂTEAUX EN ESPAGNE Où AILLEURS

     
     
    Ai-je rêvé de châteaux en Espagne ?
       En restant prisonnier ici dans les montagnes
     
    J’ai malgré tout rêvé au pays de cocagne
       Je n’étais pas le roi de Tolède ni celui de Castille
       Mais j’ai vu un grand royaume qui n’avait pas de grilles
     
    Un palais, son donjon là bas un cadafal
       Les roses de Corfou y régnaient en festival
       Lumineuses et royales toutes ces fleurs célèbres
       Tirant leurs beautés des grandes eaux de l’Ebre
       Cette magnificence emplissait la cour de mon cœur
       Mon sang, y puisait l’or de son bonheur
       Un bonheur de lire aussi Federico Garcia Lorca
       Un guide de l’esprit au delà de Sintra
       Je n’étais point prince Maure, mais celui de la rose d’or
       Sa beauté blanche et pure dans mes yeux brille encor
       Le temps n’est plus un rêve, mais devient réalité
       Toujours voir dans les yeux des pétales étoilés
       Qui n’a jamais fait de châteaux en Espagne ?

    JE SUIS CHARLIE
    JE CHANTE AVEC TOI LIBERTÉ


    28 commentaires